Riz Thaï Blanc Jasmin

Ce riz thaï fait une fleur à votre cuisine !
Issu de la variété native Hom Mali, ce riz thaï ALTER ECO aux grains longs et fins est naturellement parfumé. Cultivé sur le vaste plateau de Khorat, bordé au Nord par le Mékong et au Sud par la frontière cambodgienne, il bénéficie des conditions climatiques idéales de cette région. Le savoir-faire unique des producteurs est aussi le secret de ce riz aux grains longs et fins, dont le terroir typique de la région lui confère naturellement un parfum unique de jasmin (qui se dit « Mali » en thaïlandais).
Prêt en 15 minutes… il n’en faudra pas plus pour vous mettre au parfum.

Alterecomètre, la preuve concrète de nos engagements

55

familles
bénéficiaires

2006

partenaires
depuis

+45%

Revenus supplémentaires
pour la coopérative

102

Arbres replantés/an pour
compenser l’empreinte carbone

Nos producteurs partenaires

Dans la coopérative OASIS, les petits producteurs cultivent principalement du riz pluvial, c’est-à-dire un riz qui ne pousse pas dans des rizières, mais dans un champ. Ce mode de culture protège le sol de l’érosion et est beaucoup moins gourmande en eau. OASIS se situe aux alentours de Surin où la culture du riz représente 98 % de la surface cultivable.

Gutamay a rejoint la coopérative lors de la reprise de la ferme de ses parents, après avoir éprouvé le coût financier et l’endettement associé, de quatre années d’agriculture conventionnelle. Comme d’autres petits producteurs, elle a décidé de passer à une agriculture vivrière biologique plus respectueuse de l’homme et de la nature.

Thaïlande coopérative OASIS

En Thaïlande, la région de l’Isan, au Nord Est, à la frontière avec le Cambodge, est l’une des régions les plus pauvres du pays. Cette zone de plaine regroupe à elle seule près de 40% des exploitations agricoles du pays, en grande partie converties au modèle agro-industriel conventionnel promu par le gouvernement depuis des décennies. Les petites cultures de riz pluvial, se situent dans la province de Surin où elles représentent 98% de la surface cultivable locale.

Partager l'article :