Leurs
Produits

Sidama

Café d’Éthopie

Coutumes, musique, danses, vêtements, marchés… culturellement, l’Ethiopie est haute en couleurs ! Le café y tient une grande place, qu’il soit consommé sous sa forme torréfiée et moulue ou en infusion à base de feuilles de caféier grillées, aux vertus médicinales. On estime que 15 millions d’Ethiopiens dépendent directement ou indirectement du secteur caféier. Quant au Sidama, l’une des zones naturelles et climatiques les plus favorables du pays, c’est aussi l’une des plus vibrantes en termes de ressources humaines. Forts de leur nouvelle autonomie, acquise depuis seulement une quinzaine d’années, les habitants de la région et en particulier de la ville d’Awassa s’illustrent par leur dynamisme économique.

En Ethiopie, les Unions de coopératives sont créées à la fin des années 90, après que les réformes économiques aient exposé les producteurs de café aux fluctuations du marché mondial. Elles deviennent le bras commercial des coopératives villageoises, pour la collecte et l’export, mais aussi le moteur d’une politique de qualité et d’une valorisation des différents terroirs. Pionnière sur le marché équitable en Ethiopie, la SCFCU (Sidama Coffee Farmers Cooperatives Union) a commencé à exporter du café en 2003 sur la base de la certification de 8 coopératives primaires. L’Union est un succès et fédère aujourd’hui une quarantaine de coopératives, qui regroupent chacune entre 1 500 et 3 500 paysans, soit près de 65 000 producteurs !

Berceau historique de l’Arabica, l’Ethiopie compte une large diversité de variétés et tout autant de terroirs, aujourd’hui véritables appellations sur le marché. Quant au nom Moka attribué à la plupart des cafés d’Afrique de l’Est, il est tiré du nom de la ville de Moha au Yémen par laquelle ont longtemps transité les exportations de café de la Corne africaine. Le mot Sidama représente à la fois un peuple, une langue et un territoire. La majeure partie du territoire s’étend cependant sur le plateau montagneux à l’Est de la vallée du Rift entre 1 500 et 3 000 m d’altitude. Territoire à 95 % rural, il est l’un des plus verts et des plus fertiles de la Corne de l’Afrique. Les qualités du sol et du climat offrent aux caféiers des conditions de croissance optimales, valorisées par un profond savoir-faire paysan. Largement reconnue pour la qualité de ses cafés, la région produit près de 30% du volume national.

Grâce au commerce équitable et sa prime de développement, les producteurs peuvent envoyer leurs enfants dans une école construite par la coopérative et bénéficier d’une assurance sociale.