« Cradle to cradle » : un concept gagnant-gagnant

A l’heure du Do It Yourself et du Home Staging, le recyclage n’a jamais été aussi présent dans notre manière de consommer mais si on allait plus loin ? Recycler à l’infini c’est possible ! Zoom sur une tendance qui a de beaux jours devant elle.

De la terre à la terre : le cercle vertueux

Le Cradle to Cradle (C2C) né aux Etats-Unis en 2002, traverse l’Atlantique pour débarquer en France. Peu populaire à ses débuts, ce concept a finalement posé ses valises pour changer pour de bon notre manière de recycler ! Aussi appelé « du berceau au berceau », il consiste à intégrer à tous les niveaux de la conception, de la production et de la réutilisation du produit, une exigence écologique dont le principe est la zéro pollution.

Un label qui a de l’avenir ! …

Pour appuyer ce concept, un label « cradeulisé » – oui ça va rentrer dans le dictionnaire – a été mis en place. Ses critères sont établis par le Cradle to Cradle Products Innovation Institute, rien que ça !

Et lorsqu’on on parle de produits labellisés on ne plaisante pas – exigence oblige, mais bonne humeur de mise – puisque le produit, C2C, est classé en 5 niveaux de performance. Plusieurs critères (matériaux, gestion de l’eau, responsabilité sociétale etc.) sont en jeu pour parvenir à ces niveaux : basique, bronze, argent, or et platine ; afin de devenir « la Rolls Royce » des produits recyclés !

… Avec des marques qui s’engagent

De nouveau pionnier dans son domaine, Alter Eco a ainsi développé la première boîte à café « cradeulisé » !

Mais au delà de recycler à l’infini, ce concept permet également de développer sa créativité. Que d’avantages! Une boîte à café s’est donc réincarnée en pot à gâteaux et envisage même une autre vie en tant que pot de fleurs. Plus aucune raison de dire que le recyclage n’est pas tendance.

Tout est clair désormais ?

En résumé, cela consiste à recycler à l’infini et considérer que rien n’est un déchet. Les produits retournent soit au sol sous la forme de nutriments biologiques (l’engrais par exemple) OU à l’industrie en tant que nutriments techniques (le plastique, le fer…). C’est ça le cercle vertueux : de la terre à la terre !

Comme quoi, rien ne se perd, tout se transforme !

Partager l'article :