Confessions gourmandes sur la disco soupe avec Julie d’Alter Eco

Julie, présente-toi !

Je suis chef de produit chez Alter Eco et je m’occupe exclusivement de la catégorie boissons bio et équitables. Je passe donc toutes mes journées entourée de mes produits préférés comme le café du Guatemala ou encore le rooibos caramel d’Afrique du Sud ! Si je travaille chez Alter Eco, c’est parce que je suis une militante gourmande qui prône la justice dans les échanges, et la préservation de notre planète et de son écosystème. Depuis presque 3 ans, je m’engage aussi au quotidien avec une association originale et en lien avec mes valeurs : La Disco Soupe !

Alors Julie, la Disco Soupe, c’est quoi ?

La Disco Soupe est un mouvement destiné à sensibiliser le grand public à la problématique du gaspillage alimentaire (ça n’est pas un club à la mode où on boit des potages ! ). Vous ne le savez peut-être pas mais en France, le gaspillage représente environ 280 kg par an et par personne soit environ 450 € ! Le mouvement est né à Paris en mars 2012 pour rassembler les citoyens et militants autour de valeurs telles que l’initiative, la bidouille, le partage et la gratuité.

Concrètement, vous faites quoi ?

Le but du jeu est de ramener des fruits et légumes « repris de justesse » mais toujours consommables et de montrer qu’ils peuvent, malgré leurs formes disgracieuses, donner encore beaucoup de plaisir à nos papilles. Une fois collectés, ils sont mixés pour en faire des soupes, des smoothies et des salades que l’on distribue gratuitement. Ce qui est bien, c’est qu’il y a aussi de la musique : reggae, électro, jazz… On y trouve un peu tous les styles. L’idée, c’est de rencontrer des personnes ayant les mêmes centres d’intérêt, de mobiliser sur les questions alimentaires et environnementales et de danser, le tout dans la pomme humeur et sans se prendre le chou ! De nombreuses Disco Soupe ont déjà eu lieu partout en France et dans plus de 25 pays du monde !

Comment y participer et comment l’organiser ?

Pour organiser une Disco Soupe, vous n’avez pas besoin d’avoir le rythme dans la peau. En revanche, il vous faut une équipe d’éplucheurs, des fruits et légumes biscornus et une playlist qui met la patate ! Tout se fait dans une logique « open source », c’est à dire que chacun est libre d’organiser par lui-même sa propre Disco Soupe à condition qu’elle respecte les Discommandements. Si vous avez envie de suivre ou d’organiser votre Disco Soupe, allez jeter un œil sur www.discosoupe.org et sur le Facebook !

Alors, au final ?

J’ai vraiment été surprise par l’engouement de tous pour faire avancer les choses. J’ai comme l’impression que ce mouvement est un nouveau modèle de militantisme résolument joyeux et positif et qu’il constitue une forme d’engagement plus souple, et plus libre pour que tout le monde s’y investisse. Que ce soit pour manger, danser ou tout simplement ne pas gaspiller, je peux vous assurer une chose : tout est bon dans la Disco Soupe !

Partager l'article :